TOUTES LES FEMMES OU PRESQUE

J’ai commencé  ce livre en 2004, et l’ai fini en 2017. Pendant treize ans je ne l’ai jamais perdu de vue. A certaines périodes je n’en ai écrit qu’une phrase ou deux en six mois; à d’autres un chapitre entier. Nous avons beaucoup déménagé, lui et moi. On a même émigré, avant d’arriver enfin à destination. 

    Mais à ce jour je n’ai toujours pas compris pourquoi j’ai passé autant de temps sur Toutes les Femmes ou Presque.C’est pourtant une histoire simple. Celle de David Tolédano, dit Tolé, un type dans mon genre, qui aime les femmes. Toutes les femmes. Ou presque toutes. Le couple qu’il essaie de former avec Cécile se brisera d’ailleurs sur ce penchant, et  Tolé se retrouvera seul avec l’enfant que Cécile  lui a donné. Il traversera ainsi des années sans femme, jusqu’à ce que l’amour surgisse à nouveau dans sa vie sous les traits de Cheyenne, l’instite du fiston.

 

C’est embêtant d’être amoureux de la maîtresse de son fils  et de vouloir en faire sa propre maîtresse. Car pour y arriver, Tolé militera même dans une association de parents d’élèves ! C’est dire s’il est prêt à tout pour les beaux yeux de l’enseignante. 

Un de mes amis a trouvé ce livre pétillant et drôle, mais c’est un ami. Je suis impatient de savoir ce qu’en penseront les autres… 

    Marco Koskas

Télévision israelienne  
 

KAN 11
17 septembre 2018

Durée : 11min20

 

Interview de Marco Koskas concernant la polémique pour le prix RENAUDOT

  • Facebook Classic

ME SUIVRE SUR FACEBOOK

31iTAnICe5L._SX195_

Décrivez votre image ici.